Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

Dix choses à savoir sur "Au nom de la loi"

 

C19A43F3-B2C8-489F-9DEA-A3EA5220067E.jpeg

 

 

 

Au delà d'avoir fait de Steve McQueen une star en le révélant au monde entier, "Au nom de la loi" est peut être LA série western la plus connue, la plus emblématique. Plus encore que "Bonanza" ou encore "Rawhide" qui révéla Clint Eastwood. Dotée de trois saisons, la série s'étala de 1958 à 1961.

Retour en dix points sur une série mythique :

 

1/ Une première apparition dans "Trackdown"

 

 

 

Dans les années 50, les séries western sont légions. C'est un genre phare de la télévision. La société Four Star développa une série relatant les aventures d'un Texas Ranger, incarné par Robert Culp, intitulé "Trackdown". Lorsque le show s'avéra un franc succès, le producteur Vincent Michael Fennely eut l'idée de créer une série axée sur un chasseur de primes. Afin de tester le potentiel de ce personnage, Fennely proposa à Four star de l'intégrer dans un épisode de "Trackdown".

Après avoir vu des dizaines de candidats, Steve McQueen fut choisi pour incarner Josh Randall dans l'épisode "The bounty hunter". Diffusé le 7 mars 1958, l'épisode emporta un joli taux d'audience permettant à Four Star de prendre la décision de développer une série axé sur le personnage de Randall.

 

2/ Une arme peu commune

 

La Four Star souhaitait que leur héros ait une arme atypique afin de se distinguer des autres séries. On raconte que c'est Steve McQueen lui même qui suggéra la fameuse Winchester à canon scié. Trois modèles ont servi à la série, une que l'on voit dans le générique et les 16 premiers épisodes, ainsi que deux autres qui alternèrent entre les mains de McQueen. Entre deux prises de vues, l'acteur n'hésitait pas à aller s'entrainer notamment pour être à l'aise dans l'utilisation.

 

3/ Des tournages difficiles

 

"Au nom de la loi" ne bénéficia pas d'un budget pharaonique. C'eut pour conséquence une certaine intensité de tournage. Certains épisodes furent tourné en deux jours seulement avec des journées allant de 6 heures du matin à 20h. C'est pour faire des économies également que la série fut tournée en noir et blanc. 

Par ailleurs, les producteurs durent adapter les plannings de tournage en fonction de McQueen quand celui ci devait partir tourner un film. Notons que les premiers succès de McQueen au cinéma, notamment "Les sept mercenaires" ne modifièrent pas le budget de la série mais le salaire de l'acteur.

 

4/ Des guests stars de luxe

 

EE3884D0-7075-48CD-AE6E-6AE109E40D45.jpeg

 

McQueen avec James Coburn

 

 

Parmi les acteurs, la plupart méconnus à l'époque, qui participèrent à la série, citons Michael Landon, John Carradine, Martin Landau, Lee Van Cleef, Mark Rydell (futur réalisateur de "Reivers" avec McQueen) sans oublier les "mercenaires" James Coburn et Brad Dexter.

 

 

5/ "Au nom de la loi", un duo ?

 

6677B7AC-93B3-4894-ACEB-FAA8A1EF52E3.jpeg

 

Wright King et Steve McQueen entre deux scènes

 

 

Lors de la deuxième saison, la Four star souhaita adjoindre un partenaire à Steve McQueen. Durant neuf épisodes, Jason Nichols, joué par Wright King, seconda donc Josh Randall dans ses aventures. Mais le tandem ne fonctionna pas et la production fit disparaitre ce personnage sans la moindre explication du jour au lendemain.

 

6/ La diffusion française

 

Aux Etats-Unis, c'est CBS qui assura la diffusion de la série. En France, il fallut attendre 1963, soit deux ans après l'arrêt de la série, pour découvrir le célèbre chasseur de primes. "Au nom de la loi" fut la première série américaine à être diffusé à 20H30 en France. Son succès fut phénoménal. Cependant la diffusion des épisodes s'étala sur...trente ans puisque les derniers épisodes inédits ne furent diffusés qu'en 1993 !

 

7/ Un chanteur célèbre pour racheter la fameuse Winchester

 

 

FD40E80F-3528-40B2-BA4F-127CAB1807A6.jpeg

 

Gilbert Bécaud, acquéreur heureux de la fameuse WInchester 

 

 

 

En 1964, Steve McQueen fut invité par Télé 7 jours suite au succès de la série. Lors d'un gala de charité, Steve McQueen vendit l'une des trois Winchester qui avaient servis à la série à Gilbert Bécaud.

 

8/ Un réalisateur célèbre

 

Parmi les metteurs en scène de la série, un nom se distingue : celui de Richard Donner. le futur réalisateur de "Superman", de la saga "Arme fatale" ou encore des "Goonies" fit ses débuts avec cette série. Malheureusement, McQueen et lui ne s'entendirent pas du tout au point que l'acteur demanda le renvoi du cinéaste.

 

9/ "Au nom de la loi" en couleurs

 

A la fin des années 80, il devint une mode de mettre en couleurs bon nombre d'oeuvres en noir et blanc. "Au nom de la loi" n'échappa pas à la règle et bénéficia donc d'une mise en couleurs qui, comme la plupart des autres cas, ne fut pas convaincante. Le choix d'octroyer une chemise bleue à McQueen ne plut pas aux fans qui trouvaient à McQueen un air policier qui ne collait pas au personnage.

 

10/ "Au nom de la loi" le film

 

Ou presque... En 1987, sort "Wanted : Dead or alive" (titre original de la série). Dans ce film, Rutger Hauer y joue Nick Randall, présenté dans le film comme étant l'arrière petit fils de Josh Randall. Comme son illustre ancêtre, Randall y est un chasseur de primes à Los Angeles. Le film n'a qu'un intérêt limité tout comme ses entrées en salles d'ailleurs...

 

 



16/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres