Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

« Elvis »

FA66A0B8-4B08-4731-80F2-F575CB5D9405

 

Devenu un quasi rituel annuel, le biopic musical est un incontournable laissant un acteur se défouler à interpréter une icône de la chanson. Après les récentes adaptations des vies de Freddy Mercure et Elton John, voilà que débarque Elvis.

 

Curieusement la vie tumultueuse du King n’avait, jusqu’alors, qu’inspiré la télévision au gré notamment d’une adaptation brillante dans les années 2000. Baz Luhrmann s’est donc fait fort de réparer ce litige dans une odyssée recouvrant la quasi totalité de la vie du chanteur de son enfance à sa mort.

 

Le cinéaste joue avec le temps en enchaînant des flash-back entrecoupées des chansons du roi du rock, nous rappelant tous les hits qu’il a pu faire. La mise en scène est sacrément efficace avec des effets de style dont Luhrmann a le secret. Les images, la photo, la reconstitution de ces années 50 à 70 sont magnifiées par les caméras du réalisateur de « Moulin Rouge ». Les séquences de concert sont d’une totale réussite et on se laisse porter par la force dynamique de son héros.

 

Pour le rôle titre, Luhrmann avait besoin d’une pépite. Il l’a trouvé en la personne de Austin Butler. L’acteur, aperçu chez Tarantino dans « Once upon a time in Hollywood… » a bossé comme un dingue son rôle au point d’habiter littéralement son personnage jusqu’à, d’ailleurs, à avoir eu du mal à en sortir même après le tournage selon ses propres dires. Le comédien est tout simplement époustouflant dans son jeu. Que ce soit dans ses séquences sur scène ou derrière le rideau, il nous offre une composition haut de gamme. Face à lui, il fallait un sacré acteur pour incarner le fameux colonel Parker. Qui d’autre que Forest Gump, qui aurait appris son fameux déhanché au King, pouvait l’incarner ? Tom Hanks, presque méconnaissable avec ses (faux) kilos en trop, compose un Parker plus vrai que nature et en profite, par la même occasion, pour incarner le plus antipathique des personnages qu’il ait pu incarner lui LE gentil du cinéma par excellence.

 

Disons le tout de go, le film sent très bon le double Oscar pour ses deux interprètes tandis que Luhrmann ne devrait pas trop peiner à avoir celui du meilleur réalisateur. En attendant courrez voir ce brillant biopic a voir en public. Comme un concert.

 



22/06/2022
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 321 autres membres