Hommage à Robert Vaughn - cinéma, nouveauté, critiques, actualités, bandes-annonces

Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

Hommage à Robert Vaughn

 

 

Steve McQueen and Robert Vaughn in Bullitt

 

avec Steve McQueen dans "Bullitt"

 

 

 

 

Quand on analyse la filmo de Robert Vaughn, on constate que le premier film de l'acteur est le monumental "Les dix commandements" de Cecil B. de Mille. S'il n'y fait qu'une apparition, le film lui permet néanmoins de croiser la route d'un certain Yul Brynner qu'il côtoiera plus longuement quatre ans plus tard, nous sommes alors en 1956.

 

Vaughn ne tarde pas trop à se faire remarquer puisque le comédien obtient une nomination à l'Oscar dès 1959 grâce à "The young philadelphians" qu'il joue aux côtés de Paul Newman.

 

Mais c'est bien sûr en 1960 que Robert Vaughn connait la consécration en devenant l'un des "Sept mercenaires" sous la direction de John Sturges. Derrière la star Yul Brynner, l'acteur fréquente des petits jeunes peu voire pas connus du tout qui se nomment Charles Bronson, James Coburn ou encore Steve McQueen avec qui il se liera d'amitié.

 

 

 

Pour autant, ce n'est pas le cinéma qui va faire de lui une star mais la télévision. En pleine vague de films et de séries d'espionnage, il devient Napoleon Solo dans "Des agents très spéciaux" aux côtés de David McCallum. La série dure quatre saisons, avec aussi quelques films sur grand écran et est un vrai triomphe.

 

 

 

L'acteur ne délaisse pas pour autant le cinéma. On le retrouve notamment en vedette dans "Minuit dans le grand canal" mais on retient surtout sa confrontation face à Steve McQueen qu'il retrouve huit ans après "Les sept mercenaires" dans le polar mégaculte "Bullitt". Son interprétation de sénateur véreux fait merveille et le film est un énorme succès.

 

 

Robert Vaughn a été par la suite l'un des héros du film de guerre "Le pont de Remagen" de John Guillermin (1969)

 

 

Durant les années 70, l'acteur est toujours très actif. Il est le partenaire de Charlton Heston dans "Jules Cesar", de Telly Savalas dans "Pigeon d'argile" ou encore de David Niven dans "The statue".

 

En 1974, il fait partie du casting haut de gamme qui est celui de "La tour infernale" qui lui permet de retrouver son ami Steve McQueen, même s'il n'a pas de scène avec lui, mais aussi rien moins que Paul Newman, Faye Dunaway, William Holden et Fred Astaire pour ne citer qu'eux. Le film, considéré comme la Rolls-Royce du film catastrophe fait toujours partie des cent plus gros succès de l'histoire du cinéma.

 

 

 

 

Ce que l'on peut retenir de la suite de sa carrière, c'est son partenariat avec Christopher Lee dans "Starship invasions" ainsi qu'avec John Cassavetes dans "La cible étoilée".

 

Il est dirigé au début des années 80 par Blake Edwards dans "SOB" puis devient le méchant de service dans le troisième opus de "Superman" face à Christopher Reeve avant de jouer aux côtés de Chuck Norris et Lee Marvin dans "Delta force".

 

Durant cette même période, il tourne beaucoup pour la télévision, reprenant même son rôle de Napoleon Solo pour un retour "Des agents très spéciaux" mais aussi un rôle récurrent dans "L'agence tout risque" ainsi que, plus proche de nous, des apparitions dans "La loi et l'ordre" dans plusieurs épisodes.

 

Il meurt le 11 novembre 2016 à l'âge de 83 ans. Il était le dernier "mercenaire" encore vivant. 



11/11/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 235 autres membres