"Baby driver" - cinéma, nouveauté, critiques, actualités, bandes-annonces

Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

"Baby driver"

 IMG_4433.JPG

 

 

Il y a certains films qui sortent comme cela sans avoir une grosse pub autour et qui à l'arrivée s'avèrent être une bonne surprise.

 

"Baby driver" fait partie de ces films. Pourtant, au départ, la bande-annonce ne laissait rien augurer de spécialement décapant. Le film semblait méchamment lorgner sur "Fast and furious" jusque la simplicité de son synopsis. 

 

Car c'est quoi "Baby driver" à priori ? L'histoire d'un jeunot qui a besoin de se mettre la musique à fond sur son IPod pour se stimuler à conduire des malfrats de casse en casse. 

 

Ajoutons que le film tient son haut d'affiche sans stars confirmées si ce n'est les Oscarisés Kevin Spacey et Jamie Foxx venus faire assurer un minimum d'entrées au film.

 

Eh bien figurez vous que le film fonctionne parfaitement bien. Si l'intrigue de départ semble avoir été écrit sur un ticket de métro, le scénario s'avère bien plus malin qu'il n'en a l'air et n'a de cesse de nous étonner. Surtout le réalisateur n'a pas de prétention à se prendre au sérieux. Si l'humour est bien présent dans le film, il ne tue pas les séquences qui se doivent d'être plus sérieuses. En cela, le spectateur est renvoyé au meilleur du film d'action des années 80 tendance les deux premiers "Arme fatale" qui savaient savoureusement jongler entre instants graves et parties de franche rigolade. 

 

De ce fait, "Baby driver" peut aisément être catalogué dans la rubrique "polar" et non comédie. La sauvagerie de son dernier tiers est là pour en témoigner. Les amateurs de films d'action et de poursuites en bagnoles n'ont pas été oubliés et le film en regorge tout en les ré-inventant chaque fois. La mise en scène de Edgar Wright est d'une redoutable efficacité. 

 

L'interprétation des petits jeunots est inspirée. Les mimis Ansel Elgort (vu dans la trilogie "Divergente") dans le rôle titre et Lily James en espèce de clone de la jeune Natalie Portman assurent un certain côté teen movie sympathique tandis que les plus âgés apportent une certaine maturité bien venue au film.

 

Et voilà que l'air de rien, c'est ici le film plus fun de l'été 2017 qui nous est proposé avec en bonus une ribambelle de chansons cultes. En même temps, vu le sujet, il eut été difficile voire même délicat de se planter sur ce point.

 

 



07/08/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 235 autres membres