Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

"Death wish"

IMG_6870.JPG

 

"Death wish" c'est tout d'abord un classique des 70's qui mettait en avance le principe de l'auto défense et dénonçait, déjà, l'abondance de vente d'armes dans un pays où il est aussi facile d'acheter un flingue qu'un hamburger...

 

En 2018, le débat de la vente libre d'armes est plus que jamais d'actualité dans le pays de Donald Trump alors qu'on ne cesse d'entendre des histoires de tueries aux États-Unis. Pour dire à quel point la problématique est réelle là bas, la sortie de ce "Death wish" initialement prévue vers la fin de l'année 2017 a été retardé suite au massacre de Las Vegas.

 

Pour autant, le message qui avait sa clarté dans le film de Michael Winner l'est beaucoup moins ici. Paul Kersey, le personnage vengeur, est davantage obsédé par l'idée de retrouver les assassins de sa femme que ne l'était son binôme en 71. D'ailleurs, à l'époque, l'idée de retrouver les coupables ne se posait pas et le justicier ne les retrouvait jamais. À ce titre le long métrage d'Eli Roth est davantage un énième film sur la thématique de la vengeance.

 

Énième oui mais pas raté pour autant. Réussi même. Et une personne peut se targuer d'en être à l'origine : Bruce Willis. Trop souvent perdu ces dernières années dans des abysses nanardesques, le héros de "Die hard" nous revient en pleine forme et inspiré dans la peau d'un personnage qui lui sied à merveille. On ne pouvait rêver meilleur successeur à Charles Bronson dont les carrières offrent bon nombre de similitudes. N'oublions pas à ce titre que Bronson fut parmi les prétendants pour jouer dans "Die hard"...

 

Impliqué dans ce qu'il fait, Willis s'en va castagner du voyou à tire à larigot (gare d'ailleurs à deux ou trois scènes quelque peu crues pour les jeunes spectateurs sensibles) tel que l'on aime le voir le faire. L'inexpérimenté tireur qu'il est au début devenant en quelques scènes un as de la gâchette. 

 

Le film ne manque d'ailleurs pas de scènes un peu tirés par les cheveux, voir comment Wills récupère un flingue ou comment il retrouve la trace des assassins de sa femme, mais qu'importe ! Willis nous embarque avec sa cool attitude (pas étonnant de la part d'un fan revendiqué de Steve McQueen) et nous fait prendre conscience qu'il nous manquait beaucoup. Plus que jamais on s'impatiente de le revoir dans l'ultra attendue suite de "Incassable"...

 

 



15/05/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 234 autres membres