Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

"Demain tout commence"

IMG_2422.JPG

 

Alors qu'on tend à vouloir absolument lui donner une image purement comique, les derniers films d'Omar Sy tendent à vouloir montrer que l'acteur cherche à accompagner chacun de ses rôles d'une once d'émotion.

 

Après le "Intouchables" qui l'a mis sur la station orbitale des stars consacrées, Sy a été vu dans "Samba" ou encore "Chocolat", du cinéma populaire, certes drôle mais parsemé de sujets plus graves.

 

"Demain, ça commence" ne vient pas déroger à la règle. Le film est d'une part parfaitement construit pour mettre en avant sa star avec toutes les phases de ce que l'on attend de lui : charmeur, rigolard, cool attitude... avec le petit morceau de danse, presque une tradition chez lui. De ce point de vue là, point de déception, Omar Sy assure le show, la séquence où il anime une soirée étant emblématique de sa popularité. Facile de voir dans cette séquence la métaphore du pouvoir de séduction qu'il a sur le public. Le public que l'on voit dans cette séquence c'est vous, c'est nous.

 

Et la bulle d'émotion comment fonctionne t'elle ici ? Il était évident qu'Omar Sy, père de quatre enfants dans le civil, n'allait pas montrer le moindre signe de quiétude avec sa toute jeune partenaire excellemment jouée par Gloria Colston. L'alchimie entre ces deux là fonctionne parfaitement d'autant qu'ils sont bien entourés, Antoine Bertrand en serial dragueur homo en tête.

 

Reste que le tout semble parfois trop formaté pour susciter une émotion précise a un moment précis. Comme "La famille Bélier", en beaucoup mieux quand même, "Demain..." a parfois plus des allures de produit de Noël que de film avec une vraie personnalité.

 

Et puis il y a cette fin curieuse qui arrive comme un cheveu sur la soupe. D'un coup l'action et le final nous sont contés en voix off enlevant toute forme d'émotion directe. C'est un peu comme si la bobine du film s'était cassée à cinq minutes de la fin et que quelqu'un venait nous raconter ce qu'il s'y passe. Avec du coup ce même sentiment d'inachevé. Cela gâche quand même un peu le plaisir général.

 



29/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres