Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

Hommage à Claude Brasseur : Dix moments clés de sa carrière

 

1B028CFC-518A-4172-A6C1-13F4B89F5FE9

 

 

Quelques mois seulement après Guy Bedos, Claude Brasseur s'en est allé à son tour. Cette fois ca y'est : Les quatre protagonistes de "Un éléphant ça trompe énormément" et "Nous irons tous au Paradis", qui, outre Brasseur et Bedos, incluaient Rochefort et Lanoux (eux aussi disparus une même année, en 2017) sont désormais réunis au ciel.

 

Au cours d'une carrière riche de 90 films, tournés sur une période de plus 60 ans, mais aussi de pièces de théâtre et de télévision, Claude Brasseur aura plus d'une fois marqué son empreinte le monde du spectacle.

 

Retour sur 10 moments clés de son immense carrière : 

 

 

1/ Claude Brasseur est "Vidocq"

 

Fils de Pierre Brasseur et Odette Joyeux, le jeune Claude arpente des salles de théâtre et de cinéma dès le plus jeune âge. S'il tourne des films dès 1956, c'est en 1971 qu'il accédera au vedettariat, à la télévision, grâce à la série "Vidocq"

 

 

 

 

2/ 1974 : La consécration au cinéma 

 

 

Avec "Les seins de glace", Brasseur fils se fait enfin un prénom au cinéma en côtoyant le couple Delon / Darc dans "Les seins de glace"

 

 

 

 

3/ Le diptyque mythique : "Un éléphant ça trompe énormément" et "Nous irons tous au paradis"

 

LE film de potes par excellence : Aux côtés de Rochefort, Lanoux et Bedos, Brasseur incarne Daniel. Les deux films sont entrés dans la légende depuis bien longtemps grâce à leurs nombreuses scènes légendaires dont la fameuse partie de tennis du deuxième volet : 

 

 

 

5/ Un petit tour chez Claude Sautet

 

Claude Sautet lui même voulut Claude Brasseur pour donner la réplique à sa muse Romy Schneider. En résultera, comme d'habitude pourrait-on écrire en évoquant la filmo de Sautet, un film magnifique, "Une histoire simple"

 



6 / Les César
 
Claude Brasseur fut récompensé deux fois aux César : En second rôle pour "Un éléphant ça trompe énormément" puis en premier rôle pour "La guerre des polices"
 
 

 

 

7 / Le père de Vic

 

Parmi ses rôles emblématiques, on n'oubliera pas son rôle dans "La boum" où il incarne le père de la jeune Sophie Marceau. 

 

 

 

8/ La décennie royale

 

Les années 80 constituent sans doute la décennie la plus populaire de l'acteur. L'acteur enchainera succès et beaux rôles tout au long de la décennie. On retiendra notamment "La banquière" avec de nouveau Romy Schneider pour partenaire, "Une affaire d'hommes" aux côtés de Trintignant, "Josepha" avec Miou-Miou, "Guy de Maupassant", "Légitime violence", "La crime", "Signes extérieurs de richesse", "Détective", qui lui permet de tourner sous la direction de Jean-Luc Godard ou encore "Descente aux enfers". Dans ce dernier film, il retrouve Sophie Marceau dont il est cette fois l'amant. Bien que le film soit un succès, les scènes érotiques entre les deux acteurs seront mal perçus par les fans de "La boum" qui enverront moult courriers à la Gaumont pour faire part de leur colère.

 

 

 

 

9/ "Le souper"

 

Après l'avoir joué ensemble sur scène, Claude Rich et Claude Brasseur se retrouvent face à face pour l'adaptation, brillante, faite pour le grand écran. Assurément un des plus beaux rôles de Claude Brasseur

 

 

 

10 / "Camping"

 

Toute une nouvelle génération de spectateurs le découvre dans la trilogie "Camping" où il joue les vieux bougons aux côtés de Franck Dubosc et Mylène Demongeot qui joue son épouse.

 

 



23/12/2020
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 301 autres membres