Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

Indy Blave interviewe Audrey Bastien (Partie 4, "Yann Piat", les projets, les envies...)

 

 

 

          Antoine de Caunes entouré de Karin Viard et d'Audrey Bastien

 

"Yann Piat , chronique d'un assassinat"
Ce téléfilm réalisé par Antoine de Caunes relate l'ascencion puis le meurtre de la députée Yann Piat incarnée par Karin Viard. Audrey y joue sa fille.
IB ; Le tournage de "Yann Piat" est fini ?
AB ; Oui depuis trois mois.  
IB : Dans "Yann Piat', tu joues la fille de Karin Viard, quel type de partenaire est elle ?
AB ; Elle est d'un très grand professionnalisme . Elle était vraiment sympa sur le tournage très drôle aussi. Je l'admirais car elle s'imposait dans un milieu d'hommes.
IB : Tu es impressionnée quand tu joues avec quelqu'un de connu ?
AB : Non en revanche pour Karin c'est sa technique de jeu qui m'a impressionnée.
IB : Et Antoine de Caunes ? Quel réalisateur est-il ?
AB : Il est super. Il fait tellement confiance ! J'ai l'impression qu'il estime que si on est là, c'est que l'on est légitime et qu'il n'a pas besoin de tout nous expliquer. Du coup, dès la première scène, deux prises ont suffit tant il faisait confiance.et ça c'est vraiment trop bien.
IB : Quelle image avais tu de lui avant le tournage ? Car au delà d'un réalisateur c'est une figure...
AB : Je l'adorais déjà avant. Il faisait partie de mon enfance. Mais c'est surtout ses présentations des César que je retenais.
IB ; Est il sérieux en tant que réalisateur ou se "lâche t-il" de temps en temps ?
AB : Très sérieux, très professionnel et toujours gentil. Il a toujours un regard bienveillant sur ses acteurs
IB ; Tout comme Mitterrand, tu t'es penchée sur l'histoire de Yann Piat ?
AB ; Oui, d'ailleurs la production nous a donné deux heures de cassette à visionner. Je la connaissais de nom mais chaque fois que je demandais à quelqu'un qui c'était, personne ne savait alors j'ai arrêté de demander (rires).
IB ; As tu rencontré la fille de Yann Piat que tu joues ?
AB ; Pas encore mais ça va se faire bientôt. Mais je trouve ça fou de jouer quelqu'un qui existe, vivant de surcroit ! C'est la seule qui ait survécu à tout cela, je trouve ça assez intense.
IB ; Tu as vu des photos d'elle ? Tu trouves que tu lui ressembles ?
AB ; Oui j ai vu des photos. Je trouve que l'on dégage la même chose. En revanche, on ne se ressemble pas du tout. Elle est blonde...Mais ce n'est pas la ressemblance physique qui intéressait Antoine.
 
Et maintenant ?
IB : Tu parles anglais. Est ce qu'Hollywood t'attire ?
AB : Bah oui ça me fait rêver ! Je ne comprend pas trop ceux qui disent "non". De mon point de vue en tout cas car j'ai très envie de jouer en anglais.
IB : Tu évoquais tout à l'heure Marion Cotillard qui fait justement une belle carrière aux États-Unis. Ce qui est intéressant c'est qu'elle ne joue pas des rôles de faire valoir. Est-ce que tu serais très regardante sur ce point ?
AB : J'essaierai mais je ne sais pas si j'arriverai à dire non. Je veux dire  que si on me proposait un truc, ça me semblerait tellement fou qu'il me paraitrait difficile de dire non tellement ça me paraitrait excitant. Par exemple "Pirates des Caraïbes", les films sont de qualités inégales mais d'être pendant deux heures au milieu de pirates, ça me fait rêver l'idée de tourner dans ce genre de film.
IB : Avec quels metteurs en scène aimerais tu travailler ?
AB : Sofia Coppola bien sûr. Mais en fait celui avec qui je rêvais de travailler était Abdellatif Kechiche et ce rêve va se réaliser puisque je vais avoir le rôle principal de son prochain film en janvier prochain. 
IB : Et les comédiens ?
AB : Il y en a tellement ! Vanessa Paradis bien sûr mais aussi Gaël Garcia Bernal que je trouve génial.
IB : Tes gouts ciné s'orientent vers quoi ?
AB : Plutôt les films d' auteur ce qui m'empêche pas d' aller voir un gros film de temps à autre.
IB : Quels sont les derniers films qui t'aient plu ?
AB : "Habemus Papam" et surtout "La guerre est déclarée", tu l'as vu ?
IB : Oui c'est magnifique.
AB : c'est trop beau comme film ! Je suis allé le voir trois fois en salles.
IB : Le personnage de la mère est un rôle qui t'aurait plu ?
AB : Oui évidemment, c'est un rôle magnifique.
IB : Tu as fait deux films "sérieux", est ce que la comédie te tenterait ?
AB : J'adorerais ! Je viens justement de tourner un court métrage qui sera très comique dont mon personnage. En jouant la sincérité, c'est simple à jouer.
IB : Et le théâtre ? Ça te tente ?
AB : Oui mais c'est pas mon rêve pour le moment. J'attends de voir l'envie arriver. Ce qui m'empêche pas d'être une spectatrice de théâtre surtout depuis que j'habite Paris.
IB : Les films historiques avec ses héroïnes et leurs grandes robes ça t'attire ?
AB : Bah oui bien sûr !!
IB : Et les César tu y songes ? Une nomination l'an prochain dans la catégorie meilleur espoir est tout à fait possible...
AB : Non j'y songe pas mais ça serait incroyable ! J'espère en tout cas que Pierre sera nommé. 
IB : Mais au delà du fait que les César ont des retombées énormes pour les jeunes artistes comme toi, est ce que ça te fait rêver ?
AB : Oh oui ça me fait rêver. Je regarde toutes les cérémonies y compris les anciennes sur internet. Je trouve que c'est très subtil, le fait de recevoir un prix je trouve ça trop beau. De voir les actrices pleurer me fait moi même pleurer ! Mais bon j'en aurai sûrement pas !
IB : Faut pas dire ça ! Tu as le temps ! Et puis on sait que la récompense n'est pas un label de qualité. Alfred Hitchcock pour ne citer que lui n'a jamais eu d'Oscar...
AB : Oui il n'empêche que ça fait rêver !
IB : Et d'être maitresse de cérémonie ça te plairait ?
AB : Oui comme l'a été par exemple Mélanie Laurent à Cannes. Ça serait fou !
IB : La question qu'on pose à tous les acteurs  : As tu un plan de carrière ?
AB : J'en connais qui sont "à fond dans ce truc", vraiment. Personnellement je commence dans le métier et non je ne suis pas comme ça.
IB : Et maintenant quels sont tes projets ?
AB : Eh bien donc comme je te le disais, je vais jouer le premier rôle du prochain film d'Abdellatif Kechiche. C'est magnifique ! Ça sera l'adaptation d'une bd "Le bleu est une couleur chaude". C'est une histoire d'amour entre deux filles. Je joue le rôle de l'une d' elle. Je jouerai mon rôle de 15 à 25 ans. De tourner avec Abdellatif était un rêve même pour un petit rôle alors là le premier rôle...
Par ailleurs je vais jouer Audrey Dana dans son film autobiographique qui s'appellera "Des betteraves à Noël". Un rôle que j'ai obtenu grâce à Astrid Berges qui a suggéré mon nom à Audrey. C'est rare dans ce métier qu'une jeune actrice en recommande une autre car généralement  les comédiennes sont si égocentriques ! Et auparavant je vais pervertir une petite de 13 ans avec Vincent Perez dans le prochain film de Delphine le Hérissé. 
IB : Pourrais tu refuser un rôle ?
AB : Non je suis vraiment ouverte à tout. Je ne comprends pas les actrices qui refusent un rôle non pas parce qu'il est mauvais mais parce qu'il demande un investissement physique comme prendre 10 kilos ou se raser la tête. Par exemple en ce moment je me muscle pour le Abdellatif Kechiche. C'est notre but que d'avoir pleins de rôles, de vies "physiques". 
IB : Cherches tu justement des rôles éloignés de ta personnalité ? Jouer une méchante te plairait ?
AB : Mais je dirai même que c'est le but de notre métier ! Comme justement ce rôle où je vais pervertir cette petite de 13 ans...c'est tellement jouissif à jouer même aux essais. C'est tellement beau car on fait ressortir quelque chose que l'on n'est pas et c'est génial !
IB : Justement comment joues tu une émotion ou quelqu'un qui ne te ressemblent pas ? Si demain tu devais, par exemple, tuer un enfant, est ce que tu essaierais de comprendre ton personnage ?
AB : Tu veux dire est ce que j'intellectualise ? 
IB : Est ce que tu essaierais de comprendre ce que ce qui n'est pas compréhensible à tes yeux ?
AB : Oui bien sûr ! Je pourrai faire ça pour me mettre dedans.
IB : Et la réalisation ça te tente ?
AB : Oui mais alors pas maintenant. C'est marrant on m'a déjà posé cette question il n'y a pas longtemps. Mais bien sûr ça me tente.
IB : Et des scénarios tu en écris ?
AB : Oui mais je ne vais jamais jusqu'à la fin ! Mais puisque l'on parle du regard des femmes sur le cinéma, j'ai justement terminé il y a quelques jours un court métrage réalisée par une femme, et je n'ai jamais pris autant de plaisir que d'être filmée par elle. C'est une femme délicate et j'aimais notre relation. 
IB : Tu as besoin de beaucoup de prises de vue lors d'un tournage ?
AB : Généralement non, deux suffisent mais c'est aléatoire. Et puis c'est difficile de se juger là dessus car beaucoup de critères entrent en jeu lors d'une prise de vue.
IB : Tu vas souvent au cinéma ? Est ce que maintenant que tu es actrice tu as un regard différent sur les films ?
AB : Oui. Et c'est vrai que je vois certaines choses que je ne voyais pas avant comme les figurants parfois dont on voit clairement qu'ils cherchent à se montrer et c'est dommage car ça peut te gâcher une scène. Sur "Simon Werner....", ça m'est arrivé d'être poussée par un figurant pour qu'il puisse être vu par la caméra ! Je comprends le principe mais quand même il y a des limites !
IB : Finalement tu n'auras jamais fait de figuration. Est ce que ça te plairait d'être une icône comme par exemple Sophie Marceau après "La boum"?
AB : Bien sûr car ça veut dire que tu fais un film qui reste dans les mémoires même 10 ans plus tard avec les nouvelles générations comme ça été le cas avec "La boum". Évidemment il faut pas se mettre à tourner des daubes !
IB : Audrey, je suis vraiment subjugué par ton aisance en tout cas. Je voudrais, si tu le veux bien, que tu sois la marraine de mon blog car j'ai trouvé vraiment sympa de ta part d'avoir accepté cette interview.
AB : Bah écoute oui c'est vraiment sympa. Ca me flatte ! J'ai déjà été marraine d'un bébé mais jamais d'un blog (rires) ! Ça m'a fait également très plaisir cette interview !

 

 

 

 

 



20/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres