Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

« Joker »

CD636C94-EE08-422E-BDF4-E0D7D89D2BDC.jpeg

 

 

« Joker » est d’entrée de jeu un film à part. Même avant de le voir, on sait que l’expérience va être particulière : « Joker » c’est d’abord un DC comics dont le tournage n’a cessé d’être médiatisé sur les réseaux sociaux dédiés. C’est ensuite le cas inédit, pour une telle œuvre, que d’être récompensée par l’ours d’or à la Mostra de Venise. Sur le papier, un film, réalisé de surcroît par Todd Philips, relatant la genèse d’un méchant de la saga « Batman » gagnant le plus haut prix d’un des plus prestigieux festivals fait le même effet que si « Camping 3 » avait gagné la Palme d’or à Cannes : une anomalie cinématographique. Les premières critiques dithyrambiques à son égard finissent par mettre la pression ultime : nous autres modestes blogueurs ciné divers sommes condamnés à adorer le film sous peine d’être châtiés sur la place publique. Pensez donc ne pas aimer « Joker » fait de nous au mieux un ignare du 7e art, au pire un de ces petits malins qui veut faire son intéressant en voulant se distinguer en criant haut et fort « bah moi j’ai pas aimé Joker ! ». 

 

Alors ce film d’ores et déjà posé tout en haut du Panthéon du cinéma au même titre qu’un « Autant en emporte le vent » ou un « Citizen Kane » que vaut-il ? D’abord une chose rassurante : sur ce blog, nous avons pu annuler notre rendez vous chez le psychologue car oui nous avons adoré « Joker » ! 

 

Le film de Todd Philips est bien le film exceptionnel qu’il prétend être. Oui, le metteur en scène à la filmographie ultra moyenne jusqu’alors, son titre de gloire était pour le moment « Very bad trip », vient de tourner ici son chez d’œuvre.

 

La mise en scène est un sommet de perfection avec un sens du détail que l’on observe dans les moindres recoins (essayez de percevoir ce plan où plane l’ombre de Batman) avec des trouvailles épatantes au gré des scènes qui défilent. Chaque séquence renverse la précédente en ingéniosité avec ce qu’il faut en humour et en dramaturgie sans jamais virer dans le loufoque ou le pathos gratuits. C’est simple : on se croirait dans un film de Martin Scorsese (impression accentuée par la présence de De Niro au générique), ce qui est paradoxal quand on sait ce que le réalisateur de « Taxi driver » a dit penser des Marvels et des comics en général récemment.

 

Tout cela donnerait déjà un film merveilleux à regarder. Mais voilà que Todd Philips s’est offert les services d’un acteur au firmament de son talent : Joaquin Phœnix est le véritable pivot du film. Il ne s’est pas glissé dans la peau du joker, c’est ce dernier qui s’est immiscé dans la sienne. Les deux, l’acteur et le personnage, ne font qu’un et Phœnix, dont la filmo est déjà remplie de grands films, n’est sans doute jamais allé aussi loin dans son jeu. Il est juste extraordinaire à chaque apparition. On aurait pu craindre le surjeu en quête d’un Oscar. Il l’aura peut être, sans doute même, mais pour autant cela ne semble pas être son obsession. Il a juste perçu parfaitement comment jouer l’ennemi le plus célèbre de l’homme chauve-souris. Le comparer aux illustres Jack Nicholson et Heath Ledger (pardon Jared mais...) n’est pas très intéressant. Les trois ont été sublimes dans le rôle du clown et on mentirait en affirmant que Phœnix leur est meilleur. Mais il est aussi bon c’est indéniable. 

 

Ajoutez donc la présence d’une guest-star de luxe en la personne de De Niro, qui se complaît à rejouer un personnage façon « La valse des pantins » de...Scorsese, et vous aurez compris que « Joker » est le grand film que 2019 attendait pour conclure en beauté une nouvelle décennie de cinéma.

 



13/10/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 264 autres membres