Hommage à Bud Spencer - cinéma, nouveauté, critiques, actualités, bandes-annonces

Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

Hommage à Bud Spencer

 

 

                           Bud Spencer avec Terence Hill dans "On l'appelle Trinita"

 

 

 

 

TITRES DE GLOIRE

 

Carlo Pedersoli est né le 31 octobre 1929 à Naples. Il a d'abord été champion de natation dans les années 50. Lors de sa retraite sportive, il commence à s'intéresser au cinéma. Il tourne quelques films dans le milieu des années 50 mais  c'est l'arrivée des westerns spaghettis en Italie qui vont lui permettre de se faire remarquer en tant qu'acteur. Comme la plupart des acteurs italiens, il choisit de prendre un pseudo américain en l'occurrence Bud Spencer. La référence vient d'un goût prononcé pour la bière et son admiration pour l'acteur Spencer Tracy.

 

Dès lors, sous ce nom, l'acteur met en avant sa stature imposante dans des westerns comme "Pas de pitié pour les salopards" (avec Lee Van Cleef), "Cinq gâchettes d'or" ou encore "A l'aube du cinquième jour". 

 

C'est en 1967 que Bud Spencer va faire une rencontre déterminante. Il est choisi pour seconder un jeune acteur qui monte pour un film qui est le premier épisode d'une trilogie "Dieu pardonne, moi pas". L'acteur en question se nomme Terence Hill lequel va devenir son partenaire privilégié, un ami, un frère... "Les 4 de l'Ave maria" (avec Eli Wallach) et "La colline des bottes" finissent de compléter cette série de trois films "sérieux" où l'humour n'est que présent de manière aléatoire.

 

Le réalisateur E.B. Clucher décide d'utiliser à nouveau le duo mais dans un cadre largement plus comique. Le but de "On l'appelle Trinita" est de "casser" la brutalité faite dans des westerns de plus en plus violents pour se diriger vers une ambiance beaucoup plus légère où les méchants ne sont plus tués mais punis à coup de baffes. Le film est un triomphe et le duo va dès lors devenir un des plus célèbres de l'histoire du cinéma.

 

Un extrait hilarant de "On l'appelle Trinita"

 

Une suite se tourne très vite "On continue à l'appeler Trinita" en 71 mais Bud Spencer et Terence Hill ne veulent pas se cantonner dans le seul univers du western. Aussi le duo s'essaie largement dans le film d'aventures ("Maintenant on l'appelle Plata", "Les deux missionnaires", "Cul et chemise") ou la comédie policière ("Deux supers flics", "Pair et impair"). Le triomphe est toujours omniprésent, toujours plus grand dans ces années 70. La France fait partie des pays où le duo obtient des entrées incroyables (3 millions d'entrées pour "Deux supers flics" en 77 !)

Tout comme Terence Hill, Bud Spencer s'essaie à des rôles "en solo" mais avec moins de réussite que son compère. Citons quand même le surprenant western "La horde des salopards" où il partage la vedette avec James Coburn et Telly Savalas.

 

La bande-annonce :

 

 

 

 

L'acteur exploite surtout son imposante carrure dans des comédies légères comme "Inspecteur Buldozer", "Mon nom est Malabar", "Banana Joe"...

 

Dans la première moitié des années 80, il continue à tourner avec son complice Terence Hill dans des films comme "Salut l'ami, adieu le trésor","Quand faut y aller, faut y aller" ou encore "Attention les dégâts" 

En 1985, après "Les superflics de Miami" le duo se sépare, le succès s'étant quelque peu étiolé...

 

ET APRES ?

 


L'acteur va se faire nettement plus rare au cinéma. Il est le premier à se lasser de son rôle récurrent de gros balèze qui donne des baffes. On le voit encore dans une variante d'"Aladin" en 1986. Mais l'acteur a d'autres passions comme piloter des hélicoptères ou écrire des scénarios pour la tv.

 

En 94, il retrouve son complice Terence Hill pour "Petit papa baston" mais le succès n'est pas vraiment au rendez vous.

L'acteur s'essaie dans le drame en 2003 dans "En chantant derrière les paravents" qui lui vaut de belles critiques auprès de la presse.

 

Bud Spencer s'était depuis, beaucoup illustré à la tv. Dès 1988, l'acteur tourna de nombreuses mini séries comme "Le professeur", "Extralarge"...

 

Dernièrement l'acteur avait tenu la vedette d'une série italienne "I delitti del cuoco" qui contient plus d'une dizaine d'épisodes en 2010.

 

Quelque peu éloigné des studios ces dernières années, Bud Soencer s'était intéressé à la politique mais aussi à ses premiers amours, la natation, en participant à des manifestations sportives en tant qu'invité d'honneur.

 

il meurt le 27 juin 2016 à l'âge de 86 ans.



27/06/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 235 autres membres