Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

Qu’est-elle devenue ? Agnès Soral

C8AB4546-FC0C-47A8-9A71-970FCD1BF3E2.jpeg

 

Agnès Soral, née Bonnet de Soral, n’a que 17 ans lorsqu’elle est choisie par Claude Berri pour incarner la fille de Victor Lanoux dans « Un moment d’égarement » (1977) dans lequel elle s’amourache de Jean-Pierre Marielle. 

 

 

Le même Claude Berri la consacre définitivement six ans plus tard grâce à son rôle de punk au grand cœur dans « Tchao pantin » aux côtés de Coluche et Richard Anconina. Le film lui vaut deux nominations aux Césars (meilleur espoir et meilleur second rôle comme Anconina) et surtout pléthore de rôles au cinéma.

 

 

Elle côtoie Jean Rochefort, Guy Bedos, Mireille Darc, et Michel Galabru dans « Réveillon chez Bob » puis Gerard Klein dans « Diesel », Lambert Wilson et Tcheky Karyo dans « Bleu comme l’enfer » (Yves Boisset, 1986) ainsi que Christophe Lambert et Eddy Mitchell dans « I love you » (Marco Ferreri, 1986).

 

B8E7F6E3-83C8-4532-94E5-DC98B26C1592.jpeg

 

Posant nue vers le milieu des années 80...

 

 

Cette même année 1986, elle donne la réplique à la bande du Splendid dans « Twist again à Moscou » de Jean-Marie Poiré mais on est en droit de préférer le plus sombre et plus réussi « Prisonnières » qu’elle tourne aux côtés d’Annie Girardot et Bernadette Lafont.

 

C9488D64-4134-40CB-B6F5-9EFB4AB9AB3E.jpeg

 

Avec Christian Clavier dans « Twist again à Moscou »

 

ET APRÈS ?

 

Dans les années 90, l’actrice est encore très active. Elle tourne rien moins qu’avec Jeremy Irons, Tcheky Karyo et Fanny Ardant dans « Australia » (1990), Anémone dans « Après après-demain » puis occupe le rôle principal de « Les salades russes » en 1994.

 

Elle tourne pour la première fois sous la direction de Claude Lelouch en 1996 dans « Hommes, femmes : mode d’emploi ». Ensemble ils tourneront également « Les parisiens » (2004), « Le courage d’aimer » (2005) et « Salaud, on t’aime » (2014) avec Johnny Hallyday et Eddy Mitchell.

 

Entre deux Lelouch, on aura pu voir la comédienne notamment dans « Comme une bête » au côté de Richard Bohringer, « Je suis vivante et je vous aime », « Les gens en maillot de bain ne sont pas (forcément) superficiels » (2001), « L’incruste », « L’antidote » comédie pas franchement réussie avec quand même Christian Clavier et Jacques Villeret dans l’une de ses dernières apparitions (le film est d’ailleurs sorti après sa mort), « Cassos » (2012) ainsi que « Calomnie » en 2014 qui lui permet de travailler avec Jean-Pierre Mocky.

 

Parallèlement Agnès Soral fait beaucoup de téléfilms ainsi que de théâtre. Au milieu des années 2000, elle a la riche idée de se lancer dans un one woman show qui lui va à merveille et qui remporte un large succès public.

 



12/08/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres