Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

James Bond : Les épisodes du pire au meilleur

 39A634EC-41AC-4670-9600-BFEAA85AC68E.jpeg

  

 

24/ « Vivre et laisser mourir » (1973)

 

On aime : 

 

La scène où Bond est bloqué sur un rocher, entouré de crocodiles 

 

La chanson générique de Paul McCartney 

 

Et c’est à peu près tout 

 

On n’aime pas :

 

Un Roger Moore pas encore à l’aise dans la peau de Bond. Il lui faudra attendre le 3e, « L’espion qui m’aimait » pour le voir prendre ses marques 

 

Jane Seymour, James Bond girl transparente, aussitôt vue aussitôt oubliée 

 

L’aspect trop comique (et d’ailleurs pas drôles) de bon nombre de scènes.

 

La mollesse générale de l’épisode.

 

L’enjeu sans relief du film.

 



 

23/ « L’homme au pistolet d’or » (1974)

 

On aime :

 

Le pré-générique vraiment original 

 

Le choix évident de Christopher Lee. Le cousin de Ian Fleming, jadis envisagé pour le rôle 007, ne pouvait qu’un jour atterrir dans la saga. Il en devient un des meilleurs méchants.

 

On n’aime pas :

 

L’absence de scènes d’action spectaculaires ou, au moins, mémorables.

 

Un Roger Moore qui se cherche encore 

 

Hervé Villechaise faux bon choix. Son affrontement final avec Bond est ridicule.

 

La réapparition du sergent Pepper. Bonne nouvelle cependant on ne le reverra plus.

 

La seule scène spectaculaire du film, la traversée d’une voiture au dessus d’une rivière, est tournée au grotesque à cause d’un jingle musical affligeant.

  

 

 

 

 22/ « Les diamants sont éternels » (1971)

 

On aime :

 

L’idée du retour du titulaire historique, Sean Connery, après son congé de « Au service secret de sa Majesté » et ce malgré une moumoute de plus en plus visible et quelques kilos en plus.

 

La bagarre entre Bond et un méchant dans l’ascenseur, qui rappelle à notre bon souvenir celle de « Bons baisers de Russie ».

 

La chanson du générique « Diamonds are Forever » de Shirley Bassey, l’une des plus belles de la saga.

 

On n’aime pas :

 

Charles Gray ultra mauvais choix pour jouer Blofeld. Telly Savalas ou Donald Pleasance n'étaient vraiment pas disponibles ?

 

L’absence totale de référence à la mort de l’épouse de Bond survenue à la fin de l’épisode précédent, comment est-ce possible ? 

 

Des cascades foireuses comme celle de la voiture qui rentre dans une allée sur deux roues et qui en ressort sur les deux autres, « rattrapée » par un montage des plus douteux.

 

La trop grande décontraction de Connery en mode j’men foutiste. 

 

« Les diamants sont éternels » annonce une décennie ultra compliquée pour 007 dont il ne ressortira qu’un seul épisode, sur les cinq réalisés, remarquable (cf plus bas). 

 

A y bien réfléchir, on aurait préféré voir George Lazenby continuer l'aventure dans cet épisode...

 

 

 

 21/ « Meurs un autre jour » (2002)

 

On aime :

 

Halle Berry dans le top tout en haut des meilleures James Bond girls de la saga.

 

Rosamund Pike délicieuse méchante 

 

La séquence pré-générique et les scène de torture de Bond imprégnées dans le générique qui suit.

 

On n’aime pas  :

 

La voiture invisible : le gadget le plus ridicule de la saga 

 

Le tout dans le « trop » du film qui vire dans une exagération pas loin de concurrencer les excès de « Moonraker »

 

 

 

 

 20/ « Le monde ne suffit pas » (1999)

 

On aime :

 

Un Pierce Brosnan de plus en plus à l’aise.

 

Sophie Marceau une merveilleuse méchante aussi belle que sadique.

 

Des scènes d’action rythmées et spectaculaires.

 

On n’aime pas 

 

Denise Richards en scientifique ? On n’y croit pas dix secondes 

 

Robert Carlyle en fait trop dans le rôle du méchant de service.

 

Une intrigue peu intéressante 

 

 

 

 

19/  « Goldeneye » (1995)

 

On aime :

 

Un Pierce Brosnan immédiatement à l’aise dans la peau de 007.

 

L’acteur allie le sérieux attendu du personnage avec l’humour indispensable. Le plus parfait mélange des deux piliers que furent Sean Connery et Roger Moore.

 

On n’aime pas : 

 

Une intrigue peu palpitante.

 

La musique de ErIc Serra totalement incompatible avec l’univers de Bond.

 

Avec le recul, le choix de Sean Bean en méchant est un peu décevant, l’acteur ayant été plus que vu dans le même style de personnage.

 

 

 

 

 18/ « Quantum of solace » (2009)

 

On aime :

 

Un Daniel Craig toujours aussi efficace.

 

Une Olga Kurylenko nettement meilleure qu’on ne l’a dit 

 

On n’aime pas :

 

Un épisode qui ne fonctionne pas vraiment et dont on ne retient finalement rien. Au point d’avoir l’impression de le redécouvrir chaque fois. La faute sans doute à un scénario maintes fois remanié y compris en cours de tournage ! Et au final très brouillon.

 

Mathieu Amalric en méchant ? Bof 

 

 

 

 

17/ « Moonraker » (1979)

 

On aime :

 

La scène spectaculaire d’ouverture même si une question subsiste : mais où était donc caché « Jaws » dans l’avion ?

 

La séquence remarquable de la centrifugeuse.

 

Le charme certain de Lois Chiles

 

Corinne Clery jetée aux chiens : une vraie noirceur peu habituelle durant la période Moore. 

 

On n’aime pas :

 

Une histoire qui ressemble beaucoup à « L'espion qui m’aimait » laquelle avait déjà beaucoup de similitudes avec « On ne vit que deux fois »...

 

Michael Lonsdale méchant pas très convaincant. 

 

Le casting français recensé pour cause de tournage dans notre pays. Oui oui George Beller fait partie des méchants de l’histoire...

 

Le revirement de bord grotesque de Jaws devenant d’un coup gentil 

 

L’amourette justement débordant de bêtises entre Jaws et une blondinette.

 

Toute la dernière partie du film se déroulant dans l’espace est consternant de ridicule

 

 

 

 

 16/ « Demain ne meurt jamais » (1997)

 

On aime :

 

Une intrigue ultra moderne et même en légère avance sur son temps.

 

Pierce Brosnan qui assure toujours autant.

 

Un rythme soutenu 

 

Michelle Yeah impeccable James Bond girl 

 

On n’aime pas  :

 

Jonathan Pryce pas vraiment le plus grand méchant de la saga, un peu décevant  

 

Un épisode sommes toutes peu marquant...

 

 

 

 15/ « Bons baisers de Russie » (1963)

 

On aime :

 

Un Sean Connery en pleine forme et encore pleinement heureux dans la peau de 007.

 

L’affrontement de 007 avec Robert Shaw dans le train. Un must dans la saga. 

 

On n’aime pas :

 

Un film un chouïa longuet par moment 

 

Daniela Bianchi, une James Bond girl un peu fade.

 

 

 

 

 14/ « Opération tonnerre » (1965)

 

On aime :

 

La pleine forme de Sean Connery alors au fait de sa gloire bondienne

 

La séquence de pré-générique.

 

Lucianna Paluzzi première James Bond girl « vraiment » méchante. 

 

La danse macabre entre Bond et Fiona Volpe, un sommet de suspense. 

 

Les prises de vue sous marines pour la plupart inédites à l’époque.

 

Claudine Auger, le premier charme français de la saga.

 

On n’aime pas :

 

Les scènes sous marine qui tendent à se répéter énormément 

 

Adolfo Celi méchant « bof » qui rappelle un trop le « Goldfinger » de l’épisode précédent.

 

 

 

 

 13/ « Dangereusement vôtre » (1985)

 

On aime :

 

Christopher Walken méchant charismatique

 

Grace Jones choix judicieux pour jouer une méchante top. D’ailleurs les distributeurs ne s’y sont pas trompés en la mettant en avant sur les affiches reléguant la James Bond girl du film au rang de simple faire valoir.

 

La cascade depuis la Tour Eiffel.

 

On n’aime pas 

 

Un pré-générique qui vire à la parodie (non mais sérieux mettre les Beach boys en pleine poursuite...)

 

Roger Moore usé et trop vieux pour le rôle. Crédibilité 0 dans la peau d’un super agent. 

 

La doublure cascade de Roger Moore largement  voyante Tout comme Patrick McNee doublé pour des prises où il a juste à être étendu par terre (si si)

 

Tanya Roberts l’une des pires James Bond girls de la saga. 

 

 

 

 

 12/ « Tuer n’est pas jouer » (1987)

 

On aime : 

 

Retrouver le sérieux des anciens Bond après le virage trop humoristique emprunté par Roger Moore.

 

« Tuer n’est pas jouer » a une vraie intrigue de film d’espionnage après toute une série consacrée à des mégalos assoiffés de conquête du monde.

 

On n’aime pas :

 

Un Timothy Dalton qui apparaît un peu fade après la légende Roger Moore 

 

Maryam d’Abo qui manque cruellement de charisme.

 

Des méchants peu marquants.

 

 

 

 

 11/ « SPECTRE » (2015)

 

On aime : 

 

Le long plan séquence de la scène du pré-générique 

 

La mise en scène musclée de Sam Mendes 

 

Léa Seydoux qui se sort plus qu’honorablement de son rôle 

 

Un affrontement avec un méchant costaud qui rend hommage à la séquence culte de « Bons baisers de Russie »

 

Le retour, enfin, du gun-barrel en début de film. 

 

On n’aime pas :

 

Christoph Waltz qui en fait des tonnes 

 

Ce ridicule lien de parenté suggéré entre Blofeld et Bond qui semble vouloir nous refaire le coup du « je suis ton père » de « Star Wars » : « James, je suis ton frère ! ».

 

Un ensemble qui fonctionne moins bien que lors de l'opus précédent qui avait mis la barre très haute

 

 

 

 

 10/ « Octopussy » (1983)

 

On aime  :

 

Une nouvelle fois la scène d’ouverture est particulièrement soignée et spectaculaire. 

 

Louis Jourdan méchant charismatique.

 

Un rythme bien soutenu, un épisode sans temps mort.

 

On n’aime pas :

 

Un Roger Moore qui commence à vieillir et qui peine à être crédible en super agent.

 

Une Inde représentée à coup de clichés et édulcorée.

 

Bond lançant le cri de Tarzan tandis qu’il s’échappe accrochée à une liane, non ça c’est pas possible.

 

Le faux bon choix de reprendre Maud Adams dans le rôle principale d'une James Bond girl alors que clairement elle est supplantée niveau charme par sa partenaire suédoise Kristina Wayborn.

 

 

 

 9/ « Rien que pour vos yeux » (1981)

 

On aime :

 

La scène de pré-générique qui renvoie à l’excellent « Au service secret de sa Majesté » dont elle semble vouloir se faire la suite directe avec la mort, enfin, de Blofeld. Nous sommes en 1981 et, en une séquence, Brocoli semble vouloir zapper l’ensemble des épisodes des années 70 qui, à une exception, auront été d’une médiocrité affligeante.

 

Roger Moore plus sérieux que jamais. 

 

Carole Bouquet excellent choix de girl Bondienne.

 

Cette séquence que Moore ne voulait pas tourner mais que tout le monde a applaudi lorsque Bond donne un coup de pied fatal à une voiture dans laquelle se trouve un des ultras méchants du film. Jamais Moore n’aura été aussi dur de toute la saga.

 

Chaim Topol génial au point de piquer la vedette à Moore dès qu’il est à l’écran.

 

Les remarquables scènes de ski.

 

La musique de Bill Conti qui offre une approche différente des refrains de John Barry.

 

On n’aime pas :

 

La poursuite en 2cv que l’on croirait sorti d’un film de Louis de Funès

 

Des méchants bien peu marquants 

 

 

 

 

 8/ « L’espion qui m’aimait » (1977)

 

On aime :

 

Enfin ! Après deux épisodes de très médiocre qualité (voir plus haut), Roger Moore trouve ses aises avec le personnage de 007 en lui octroyant sa personnalité

 

L’excellente scène de pré-générique achevée par l’ouverture du parachute aux couleurs de l’Angleterre.

 

Barbara Bach, l’une des plus belles James Bond girls de la saga.

 

Jaws : LE méchant le plus mémorable de toute la saga. Si marquant que Brocoli l’épargne à la fin pour le ré-employer dans l’épisode suivant. Un cas unique parmi les hommes de main. 

 

Curd Jurgens magnifique ersatz de Blofeld 

 

Une multitude de séquences spectaculaires, « L’espion qui m’aimait » marque le retour de Bond dans un vrai film digne de la saga pour la première depuis « Au service secret de sa Majesté »

 

On n’aime pas :

 

La musique qui a très mal vieillie 

 

Quelques séquences comiques en trop comme lorsque Bond est tout sourire tandis que Jaws cherche à les tuer lui et « son » espionne »

  

 

 

 7/« James Bond 007 contre Dr No » (1962)

 

On aime :

 

L’entrée en matière de Sean Connery. En une seule apparition on le sait : 007 c’est lui. 

 

Une intrigue bien construite 

 

Cette ambiance 60’s qui donne un charme fou au film.

 

Des James Bond girls ravissantes.

 

La scène de la mygale sur 007.

 

Mais évidement il y a LA James Bond girl, la magnifique Ursula Andress, qui a marqué la saga en une seule sortie d’eau. Aucune sans doute ne marquera autant qu’elle par la suite.

 

La Jamaïque magnifique étape pour un premier épisode haut de gamme.

 

On n’aime pas :

 

Un manque éventuel de gadgets 

 

L’arrivée tout de même tardive de Ursula Andress

 

 

 

6/ « On ne vit que deux fois » (1967)

 

On aime :

 

La bataille dans les airs entre « la petite Nelly » et une horde de méchants .

 

La base volcanique. 

 

Mia Hama une délicieuse James Bond girl injustement peu citée parmi les plus belles James Bond girls.

 

Donald Pleasance sans doute le meilleur interprète de Blofeld.

 

De l'action non stop, pas un moment de temps mort...

 

« On ne vit que deux fois » est aussi sous estimé que « Opération tonnerre » est surestimé sans doute 

 

On n’aime pas :

 

Pas grand chose en fait si ce n’est un Sean Connery parfois peu intéressé par les évènements. On sait pourquoi...

 

 

 

 

 5/ « Casino Royale » (2005)

 

On aime :

 

Un Daniel Craig qui fait taire très vite les rumeurs : il est un 007 qui en impose 

 

Le sérieux retrouvé des épisodes après la période Brosnan qui virait gentiment vers un certain ridicule 

 

La partie de cartes endiablée. 

 

Mads Mikkelsen méchant absolument réjouissant.

 

Eva Greene une des plus belles James Bond girls de la saga.

 

Le côté ultra sombre de l’épisode. Pas loin d’égaler « Au service secret de sa Majesté ...

 

On n’aime pas :

 

L’absence du gun-barrel au début du film : une infamie qui sera répétée lors des deux épisodes suivants.

 

Le côté « reboot » du film plutôt que de continuer la saga.

 

 

 

 

 4/ « Skyfall » (2012)

 

On aime :

 

Un retour aux affaires après la déception de "Quantum of solace ".

 

De l’action à couper le souffle.

 

Javier Bardem un méchant épatant d’un bout à l’autre.

 

Entre l’action et le degré d’adrénaline que chaque scène offre, on est scotché d’un bout à l’autre à son fauteuil. 

 

L’humour quelque peu revenu après son absence lors des deux précédents épisodes.

 

La mise en scène efficace de Sam Mendes.

 

La chanson d’Adèle : la plus marquante depuis bien longtemps 

 

Judi Dench qui reçoit l’hommage qu’il se doit pour sa dernière apparition dans la peau de « M »

 

On n’aime pas :

 

L’absence, pour ainsi dire, de James Bond girls.

 

Le regret d’un cinquantième anniversaire qui aurait pu voir les anciens interprètes faire un caméo des plus succulents

 

 

 

 3/ « Permis de tuer » (1989)

 

On aime :

 

Une intrigue qui sort de l’ordinaire avec une aventure qui n’est pas une mission mais une vendetta personnelle.

 

Le pré-générique spectaculaire.

 

Deux James Bond girls parmi les plus charmantes. 

 

Robert Davi l’un des meilleurs méchants de la saga. 

 

Timothy Dalton complètement investi. 

 

Un rythme effréné et ébouriffant.

 

"Q" qui voit son personnage développé, une sorte d'hommage à son interprète Desmond Llewelyn.

 

On n’aime pas :

 

En fait rien. On ne va pas vous mentir. Sur ce blog, on a une affection énorme pour « Permis de tuer » l’épisode le plus mésestimé de la saga. Le film a certainement eu trop d’avance sur son temps. Sorti 20 ans plus tard, ce film, le plus gros échec de la saga, aurait certainement mieux marché.

 

 

 


2/ « Au service secret de sa Majesté » (1969)

 

On aime :

 

Pour tout dire énormément de choses sinon tout dans ce James Bond hors norme.

 

George Lazenby qui s’approprie le rôle avec une totale réussite.

 

Diana Rigg James Bond girl juste whaou ! On comprend que James veuille l’épouser 

 

Telly Savalas merveilleux Blofeld 

 

Des scènes d’actions spectaculaires et les premières « ski chase » de la saga

 

Un suspense rudement efficace, un scénario en or.

 

Et puis cette fin, la plus belle de toute la saga. 

 

On n’aime pas :

 

Pas grand chose, si ce n’est que les scénaristes ont manifestement pataugé pour trouver une explication quant au changement d’acteur pour jouer 007. Est-il passé par de la chirurgie ? Car comment expliquer que Blofeld ne le reconnaisse pas alors qu’ils se sont croisés lors de l’épisode précédent ?

 

Sans amoindrir la performance de George Lazenby, on ne peut s’empêcher de penser que le même film interprété par Sean Connery aurait fait de cet épisode le chef d’œuvre absolu de la saga.

 

 

 

 

1/« Goldfinger » (1964)

 

On aime :

 

L’apparition de la mythique Aston Martin.

 

L’arrivée également des gadgets (même si on en a eu un petit aperçu dans « Bons baisers de Russie ») qui deviendront des incontournables jusque l’ère Craig.

 

Un merveilleux méchant joué par l’excellent Gert Froebe. 

 

Des scènes spectaculaires « en veux tu, en voilà »

 

La scène haute en suspense de Bond attaché avec un laser qui s'approche lentement pour le couper en deux. 

 

La Bond girl morte par étouffement par le biais d’une peinture en or.

 

On n’aime pas :

 

Rien à signaler. Episode parfait par excellence.

 

 

 

 

 

 



30/12/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 299 autres membres