Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

"La forme de l'eau / The shape of water"

IMG_6343.JPG

 

Il y a une légère peur au début de "La forme de l'eau" lorsque celui ci rappelle tout de même pas mal "Le fabuleux destin d'Amelie Poulain". On y suit le quotidien solitaire d'une jeune femme dont les journées tendent à se ressembler. La comparaison continue d'être troublante quand on s'aperçoit que son confident est son voisin peintre comme dans le film de Jeunet. 

 

Mais si l'univers de Jeunet, mais aussi de Caro, a sans doute inspiré Guillermo Del Toro, la comparaison s'arrête là. À travers cette variante de la belle et la bête, le cinéaste nous embarque dans un conte qui met en avant les minorités ethniques. Del Toro les emploie à travers une décennie largement idéalisée, les années 60, dans un pays qui fait rêver, les États-Unis. C'est oublier que cette époque a surtout profité à l'homme blanc hétérosexuel lequel devient ici le méchant de service tandis que les "gentils" sont une femme muette (le handicap), sa meilleure amie (une noire) et son voisin (un homo) soit donc trois personnes que l'Amérique ne voulait pas voir dans ses rues à l'époque.

 

Ces trois protagonistes confinés dans un monde qui les exclut n'ont donc pas de mal à se laisser convaincre par l'héroïne d'aller sauver une créature elle-même rejetée et dont le destin mortuaire ne peut que les sensibiliser. D'autant que la chef de file, la plus solitaire, est tombée amoureuse de cette étrange bestiole.

 

L'esthétisme est réjouissant surtout qu'il accompagne des scènes toujours inspirées aidées par un scénario malin. Les plus cinéphiles apprécieront les clins d'œil et la référence notamment au film culte "L'étrange créature du lac noir" dont ce film pourrait presque prétendre être la suite directe. 

 

Et que dire de l'excellence de l'interprétation emmenée par un quatuor haut de gamme ? Michael Shannon est un salaud magnifique qui a face à lui trois protagonistes qui ont de quoi lui répondre incarnés par les impeccables Octavia Spencer, Richard Jenkins et surtout Sally Hawkins qui trouve là un merveilleux rôle qu'elle s'est complètement approprié. L'actrice y est merveilleuse de justesse et le film ne serait pas aussi réussi sans elle. Grâce à elle, le film atteint des sommets de perfection et se positionne déjà comme un des meilleurs films de l'année.

 

 



04/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres