Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

"Les sept mercenaires"

image.jpeg

 

Un remake ? Oui mais pas que. Chez "Indy Blave, le blog", nous sommes très grand fans des "Sept mercenaires" version 1960. Alors autant dire que remaker ce graal cinématographique allait, ici, devoir passer une audition des plus rigides où rien ne lui serait épargné.

 

Seulement voilà, au bout du compte, si le film a le titre et, quelque peu, le synopsis similaires au classique de John Sturges, il s'en éloigne suffisamment pour ne pas avoir à souffrir d'une comparaison directe. De voir les deux films de façon rapprochée, comme cela a été le cas ici, conforte cette impression.

 

Pourquoi ? Parce que déjà "Les sept mercenaires" 2016 semble davantage évoquer deux autres classiques plus proches de nous "Pale Rider" et "Silverado" sortis la même année, 1985, lesquels revendiquaient cela dit une certaine similitude avec le remake des "sept samouraïs".

 

Mais la réussite principale du film est de recréer une partie des mercenaires plutôt que de faire un copié/collé. Certes Byung Hung Lee évoque James Coburn pendant qu'Ethan Hawke semble être un condensé de Robert Vaughn et Brad Dexter. Pour le reste, la combinaison se renouvelle en inventant des personnages nouveaux et originaux.

 

Un panel de personnages évidemment dominé par le toujours impeccable Denzel Washington, l'anti héros par excellence. L'acteur, qui ne semble jamais vieillir, trimballe sa dégaine qui alterne celle d'un vieil ours nonchalant avec celle d'un jeune fauve prêt à bondir. Chris Pratt le seconde avec bienveillance et en profite pour rendre hommage à Steve McQueen au détour de sa fameuse réplique "so far, so good/ jusqu'ici tout va bien". Pour autant, la comparaison s'arrête là car Pratt ne cherche jamais à imiter son illustre aîné, et c'est bien mieux comme cela. Steve McQueen est unique et Pratt le sait bien...

 

La grande force du film est bien là, il ne s'embourbe pas dans une redite qui n'aurait satisfait personne. Il a sa propre personnalité avec un scénario malin qui allie morceaux de bravoure avec des séquences d'humour qui n'en font pas des tonnes.

 

Le tout est ponctué d'un final vertigineux qui scotche à son fauteuil. "Les 7 mercenaires" c'est de l'action à l'état pure servi pour un sacré western qui rappelle que l'on peut encore impressionner sans nous servir des supers héros de plus en plus lourds...

 

L'ouest sauvage n'est pas encore mort. Courez voir cet attrayant western qui est une pure réussite.



04/10/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres