Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

« L’origine du monde »

3B1697DE-1B98-4860-80C4-D4BAD23B3CCD

 

Avec son sens de la dérision qui est sien, on attendait avec grande impatience la première comédie réalisée par Laurent Lafitte. C’était comme une évidence : sa comédie allait sortir des sentiers battus. Pas question pour lui de faire une de ces comédies plan-plan qui vont jusqu’à polluer notre cinéma hexagonal.

 

Pas étonnant donc qu’il se soit retrouvé intéressé par une pièce de théâtre à la thématique absurde signée par Sébastien Tiéry. La thématique semblait entièrement dédiée à être transposée sur grand écran par un comédien qui se complaît a créer de l’inattendu.

 

Le sujet de départ est donc loufoque, un homme doit tout faire pour photographier le sexe de sa mère s’il veut rester en vie (??!!). Et Laurent Lafitte n’y va pas par le dos de la cuillère pour signer une œuvre complètement barrée. Les scènes s’enchaînent avec son lot de loufoqueries absurdes compte tenu du sujet.

 

Surtout Lafitte a obtenu de ses partenaires qu’ils aillent très loin dans leurs rôles, en témoigne une scène naturiste où Karin Viard et Vincent Macaigne, puisque c’est d’eux dont on parle ne mettent aucun voile sur leur anatomie. On ne manquera pas de souligner la performance pas moins excellente de Hélène Vincent, quatrième pilier de cette comédie.

 

Reste que « L’origine du monde » n’est pas dénué de défauts. Si les scènes s’enchaînent avec une énergie chaque fois renouvelée, il faut bien reconnaître que l’ensemble suscite plus des sourires que des rires. Mais surtout le sujet, aussi original soit-il, semble ne pas s’accommoder au format d’un long métrage. Tout au mieux on semble avoir là le sujet d’un bon sketch, pas d’un film de une heure trente. Tant et si bien que le film semble un peu tourner en rond au bout d’un moment.

 

Mais surtout Lafitte plonge par trop de fois dans le piège du « théâtre filmé », surtout sur la fin où les acteurs se mettent à sur jouer comme sur scène ce qui ressort terriblement mal à l’écran.

 

Enfin Lafitte tombe, par moment, dans un humour gras et vulgaire qu’il semble curieusement affectionner (voir la dernière cérémonie des César qu’il a écrite) qui a tendance à gâcher son œuvre. De fait, à l’arrivée, « L’origine du monde » est une comédie inégale, pas désagréable à regarder mais pas totalement réussie non plus.

 



19/09/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 310 autres membres