Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

« Mission : Impossible -Fallout »

FDDDA387-1BAF-42B9-AD9F-B6EEED771648.jpeg

 

Il nous revient presque plus fréquemment que James Bond. Ethan Hunt sous les traits de Tom Cruise revient pour la sixième fois. Mais pour la première fois, le film est réalisé par un même cinéaste qu’un précédent. En l’occurrence Christopher McQuarrie rempile après le cinquième opus où il avait déjà largement fait état de ses talentueux services.

 

Et le réalisateur ne faiblit pas ici offrant de nouveau un spectacle haut de gamme associé de près à la star et producteur du film Tom Cruise. Ce dernier a depuis un moment indiqué les directives qu’il souhaitait pour la saga : exit les fonds verts pour donner lieu à un cinoche authentique comme on en faisait jadis. Oui Tom Cruise est convaincu que l’on peut faire du spectaculaire sans passer par la case ordinateur. Et à ce titre « Mission : impossible » sixième du nom ne déçoit pas. Les séquences s’enchaînent et sont toutes plus ébouriffantes les unes que les autres. Avec pour point d’orgues des scènes géantes au cœur même de Paris. La mise en scène est redoutable et inspirée sans jamais perdre le fil de ce qui est filmé, n’est ce pas Paul Greengrass... 

 

Surtout la star Tom Cruise s’investit de nouveau à fond dans son rôle. A 55 ans (l’âge qu’il avait lors du tournage), l’acteur affiche une forme incroyable et se prête une nouvelle fois à une série de cascades que seul lui ose faire à Hollywood. Tom Cruise ne lésine pas sur les efforts quitte à se blesser réellement comme ce fut le cas ici lors d’un saut. Tant pis si le montage en fait parfois des tonnes en suggérant notamment que Tom Cruise peut assurer des sprint sans afficher la moindre fatigue et ce durant un laps de temps à faire pâlir d’envie le plus grand athlète du monde. 

 

Qu’on se le dise d’ailleurs, la crédibilité n’est pas, une nouvelle fois, le mot d’ordre porté aux nues par l’équipe rattachée au scénario. Les invraisemblances se cumulent tout comme des énormités difficiles à imaginer désormais. La dernière partie est d’ailleurs un cumul d’irréels que l’on pensait ne plus voir en 2018. 

 

Mais qu’importe, on est là pour voir des scènes de poursuites, des bagnoles qui se gaufrent, des bastons qui en jettent et, à ce titre, le contrat est plus que rempli. De même l’humour n’est pas mis de côté, preuve que Tom Cruise et son équipe, les excellents Ving Rhames et Simon Pegg en tête, savent ne pas se prendre au sérieux. Ils sont ici pour divertir le public et celui ci en a largement pour son argent. La série, décidément, ne faiblit pas et on s’impatiente déjà de revoir Ethan Hunt nous épater dans un prochain numéro.

 



28/07/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres