Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

Qu’est-elle devenue ? Sally Field

7F4EA070-BA44-4A89-86C1-27024EAD32B1.jpeg


TITRES DE GLOIRE


Née en 1946, Sally Field passe son enfance en Californie et décide très vite d’étudier à la Biringham High School où elle s’intéresse au théâtre.


En 1965, elle est alors choisie pour jouer dans une sitcom éphémères Gidget (1965-1966) et commence sa carrière sur le petit écran. Elle joue par la suite dans d’autres séries télévisuelles telles que The Flying Nun (1967-1970).


Sa carrière ayant cependant du mal à s’éloigner des programmes à la télévision, elle décide de faire une pause dans les tournages afin d’étudier à l’Actor’s studio en 1973.


En 1976, elle revient une nouvelle fois à la télévision avec le rôle de Sybil Dorsett dans la minisérie Sybil réalisée par Bob Rafelson mais, cette fois ci, elle remporte son premier Emmy Award de la meilleure actrice.


Malheureusement, même si sa performance est fortement récompensée, le public se trouve dérouté par ce brusque changement, lui qui était plutôt habitué à la voir dans des registres comiques.
Elle tourne alors quelques films en privilégiant le cinéma indépendant comme par exemple « La fureur du danger » réalisé par Hal Needham en 1978 aux côtés de Burt Reynolds avec qui elle partage sa vie à ce moment là. Elle tourne avec ce dernier également les deux mégas succès que sont "Cours après moi Sherif !"  et sa suite "Tu fais pas le poids Shérif !". 


8772AD76-4D85-4293-92A9-7FD3627831FA.jpeg

 

C’est alors qu’un an plus tard, Martin Ritt lui propose de jouer le rôle principal d’une ouvrière Norma Rae dans son film du même nom. Sa performance lui vaudra le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes, ainsi que le Golden Globe de la meilleure actrice dramatique mais surtout l’Oscar de la meilleure actrice.

 

La bande-annonce : 

 

 

 

Premier Oscar pour Sally Field :

 


ET APRES ?


Sally Field obtient alors un succès mondial lui permettant d’exceller dans de nombreux films où elle incarne des rôles principaux. On la retrouve par exemple dans « Le dernier Secret du Poseidon » (Beyond the Poseidon Adventure) de Irwin Allen en 1979 aux côtés de Michael Caine, dans « Absence de Malice » (Absence of Malice) de Sydney Pollack en 1981 où elle interprète une journaliste ou encore avec Jeff Bridges dans « Kiss me Goodbye » de Robert Mulligan en 1982.


En 1984, elle remporte son second Oscar dans « Les saisons du coeur » (Places in the Heart) de Robert Benton, pour sa magnifique interprétation d’une veuve reprenant la direction d’une ferme familiale.

 

 

 

Elle remportera au préalable aussi un second Golden-Globe de la meilleure actrice dans un drame pour ce rôle.

 

Son Oscar : 

 

 

Par la suite, elle se tourne curieusement vers des rôles plus légers, avec    »Murphy’s Romance » en 1989 de Martin Ritt ou   »Potins de femmes » (Steel Magnolias) de Herbet Ross en 1989, aux côtés d’une actrice débutante à ce moment là : Julia Roberts.

 

Sally Field incarne aussi souvent des rôles de mère, par exemple, dans  »Jamais sans ma fille » (not whitout my daugther) de Brian Gilbret en 1991.


Mais aussi dans d’autres films aux très gros succès : « Mrs. Doubtfire » de Chris Columbus en 1993 où elle interprète la femme de Robin Williams.

 

B315C293-0257-47EE-B4AE-C28D954307A1.jpeg


Et évidement son rôle dans « Forrest Gump » de Robert Zemeckis en 1994 aux côtés de Tom Hanks dont elle joue la mère bien qu'elle n'ait que 10 ans de plus que ce dernier dans la vie...

877C474E-915E-4E07-A992-64BA87F537C0.jpeg


Elle s’oriente ensuite vers la réalisation, et réalise des téléfilms ainsi que son premier film au cinéma  »Beautiful » en 2000. Puis Field revient à la télévision dans la série télévisée  »Urgences » (2000 à 2006) où son rôle de Maggie Wiczenski, la mère bipolaire de l’actrice Maura Tierney lui vaudra un deuxième Emmy en 2001.


Elle décroche ensuite son troisième Emmy en 2007 grâce à son personnage de Nora Walker, une veuve matriarche dans la série  »Brothers and Sisters » (2006 à 2011). Son discours lors de cette remise a d’ailleurs été en partie censuré et remonté par la chaîne Fox, en raison de la dénonciation qu’elle fait, sans la nommer de la politique de George W.Bush en Irak.
Après cela, ses apparitions au cinéma se font plus rares, on la retrouve néanmoins en 2012 puis 2014 dans le rôle de tante May, la tante de Peter Parker (joué par Andrew Garfield) dans « The Amazing Spider-Man » et « The Amazing Spider-Man : Le destin d’un héros«  réalisé par Marc Webb.


Elle joue aussi la femme de Lincoln, dans le film, réalisé en 2012 par Steven Spielberg, du même nom aux côté de Daniel Day Lewis. Son rôle lui vaudra d’ailleurs une nomination pour l’oscar de la meilleure actrice dans un second rôle en 2013.

 




En 2018, elle décroche un petit rôle dans la minisérie Netflix « Maniac« de Patrick Somerville aux côtés notamment de Emma Stone, Jonah Hill et Justin Theroux.

 

En 2020 enfin, on la retrouve au casting d'une nouvelle série, "Dispatches from Elsewhere"



05/05/2020
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 290 autres membres