Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

"Harry Potter et les reliques de la mort, 2e partie"

 

 

 

Harry Potter et les reliques de la mort - partie 2

 

 

Disons le tout de go, l'opus précédent avait des allures de médicament soporifique rendant le tout assez décevant.


Alors pour son final, après 10 ans de bons et loyaux services, on espérait mieux que les derniers ennuyeux épisodes. Un final à la hauteur de la légende du petit sorcier. Ouf le gosse à lunettes réussit sa sortie avec un épisode autrement plus relevé que les films précédents. La noirceur est à son apogée ne laissant (presque) aucune place à l'humour.


Ces "reliques de la mort" sont aussi sombres que les épisodes les plus dramatiques de la saga "star wars" dont Harry Potter reprend largement les idées de base. On le sait la saga de George Lucas avait elle même repris de larges idées au "Seigneur des anneaux : le bien contre le mal avec des personnages assez similaires, réfléchissez et vous constaterez qu'il y a le héros frêle plus puissant que l'on ne croit ainsi Harry Potter = Luke Skywalker = Frodon. L'héroïne "qui en a", qui ne recule devant aucun danger, étant même parfois l'élément déterminant pour la survie des siens cela donne Hermione = Léia =Arwen . On a le compagnon baroudeur, rigolard, roublard, chevaleresque qui va finir avec l'héroïne Ron = Han Solo = Aragorn. Le vieux sage, qui a encore quelques tours dans son sac ici Dumbledore = Obi-Wan Kennoby = Gandalf. Enfin le méchant terrifiant, une tête à traumatiser une génération d'enfants, généralement LA star de l'histoire et là nous avons Voldemore = Darth Vader = Saroumane... Le système n'est donc pas nouveau mais prouve son efficacité grâce à des personnages qui savent se rendre charismatiques à leur façon.


Visuellement c'est superbe, la destruction de Poudlard offre des séquences d'anthologie. Les combats deviennent cette fois légions, le feu d' artifice et son bouquet final sont lancés et on en a pour notre argent. 


Le plaisir de retrouver pour une dernière fois un trio que l'on aura vu grandir sous nos yeux. Si Ron/Rupert Grint est toujours aussi pataud (pas sûr qu'il suive les traces d'Harrison Ford et Viggo Mortensen, pas sûr du tout), Emma Watson est incontestablement celle qui tire le mieux son épingle du jeu. S'il doit découler une star parmi le trio on peut aisément parier sur elle. Un pronostic plus difficile à définir pour Daniel Radcliffe. Tels Mark Hamill et Elijah Wood, Radcliffe possède cette tête à claques qui nous donne presqu'envie de soutenir son ennemi juré. Il faut dire que Ralph Fiennes écrase de sa présence toutes les scènes où il apparaît. L'ex nazi de "La liste de Schindler" nous offre une nouvelle étendue de son talent de méchant magnifique Et le pauvre Harry Potter frôle l'inexistance dans ses scènes communes avec Voldemore. 

 

Qu'importe, leurs combats rappellent les affrontements au sabre laser de vador face à Skywalker. En moins bien quand même.

 

C'est d'ailleurs le sentiment qui ressort de la saga "Potter". Toute prestigieuse qu'elle soit de par son phénoménal succès, on est pas au niveau des autres sagas précédemment citées. L'ironie est que la magie opère ici moins bien sans doute à cause d'un goût de réchauffé sur bien trop de scènes.

Reste quand même que l'on a un petit pincement au coeur lors de la scène finale qui nous rappelle que cette saga a pris définitivement fin. So long Harry.



17/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres