Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

Indy Blave interviewe Audrey Bastien (Partie 2, "Simon Werner a disparu")

 

 

Simon Werner a disparu" 
Dans ce film réalisé par Fabrice Gobert. Audrey joue Clara une lycéenne. Le film raconte la disparition étrange d'un jeune lycéen. 
La bande-annonce : 
IB  : Avant "Simon Werner", as tu eu d'autres projets ?
AB : Oui, en fait le casting de "J'aime regarder les filles" a eu lieu avant celui de "Simon Werner...". J'avais 16 ans mais le film ne s'est fait que deux ans après.
IB : C'était immédiatement le rôle de Delphine qui devait te revenir ?
AB : Oui. Une semaine seulement après le casting j'ai été contactée pour m'annoncer que j'avais été choisie.
IB : Ce sont donc ces deux ans d'attente qui t'ont permis d'être libre pour tourner "Simon Werner a disparu". Comment as tu été choisie pour ce film ?
AB : C'est la directrice du casting de "LOL" qui m'avait repérée. J'avais passé le casting pour ce film... La directrice du casting m'avait repérée  et a pensé à moi pour le rôle de Clara...un an après le casting de "LOL". Je pensais vraiment qu'elle m'avait oubliée.
IB : Tu as spécifiquement postulé pour le rôle de Clara. Qu'est ce qui te plaisait dans ce personnage ?
AB : J'aime le côté "fille de l'ombre" de Clara. On la prend pour un petit chien ce qu'elle n'est pas. Je trouve que c'est un aspect intéressant du personnage.
IB : On remarque d'ailleurs une similitude entre tes deux rôles, celui de Clara de "Simon Werner" et de Delphine de "J'aime regarder les filles", tu y piques le copain de ta meilleure amie...
AB : Oh non ! Dans "J'aime regarder les filles" je suis sincèrement amoureuse !
IB :T'es amoureuse mais tu les piques quand même !
AB : Oui c'est vrai je les pique (rires)
IB : C'est curieux que deux réalisateurs aient pensé à toi pour un même type de personnage. Avais tu remarqué cette similitude ? Crois tu ressembler à ces deux personnages dans la vie ?
AB : Le côté amoureuse passionnée oui. Mais pas piqueuse de mec de sa meilleure amie (rires). Mais oui c'est marrant. J'avais effectivement remarqué ce point commun entre les deux rôles.
IB : Une fois choisie pour "Simon Werner", tu as bien sûr reçu le scénario, ne t'a t-il pas fait penser à certains teen movies américains ?
AB : Oui le cinéma de Gus Van Sant notamment. C'est justement une facette du scénario qui m'a plu. Et qu'Agnès Godard filme aussi était un des aspects excitant du film. Faire son premier film et être filmée par elle, je trouve cela très beau. Elle est vraiment très intéressante à regarder.
IB : Et Fabrice Gobert ? Quel type de réalisateur est il ? 
AB : Il est génial ! Il sait rester simple. Il est jeune, vraiment cool.
IB : Sur le tournage, vous vous en teniez au texte ou vous permettiez vous, tous les jeunes que vous étiez, à quelques libertés ?
AB ; En ce qui me concerne, je n'avais pas beaucoup de répliques mais généralement l'ensemble des acteurs devait s'en tenir au texte. 
IB : Dans "Simon Werner...", tu as une scène d'amour, comment l'as tu abordée toi qui est si timide ?
AB ; C'était pas la scène la plus compliquée à tourner. En plus c'est Agnès Godard qui filmait, elle se montre rassurante, elle a un regard très doux du coup on sait que le résultat va être joli. C'est vrai que j'avais très peur mais finalement c'était facile. Il faut juste se laisser aller, finalement c'est pas très compliqué. Même si la nuit d'avant j'étais particulièrement anxieuse. Finalement ce sont des scènes plus faciles à jouer que lorsque l'on doit jouer la colère ou la tristesse.
IB : Justement qu'est ce qui est le plus dur à jouer pour toi ?
AB : Je dirai les scènes d'émotion et encore je suis extrêmement sensible. Quoique en y réfléchissant peut être que je dirais plutôt la colère car finalement l'émotion il suffit de penser à quelque chose de tellement triste que ça vient naturellement. En fait si je dois jouer quelque chose de très triste je pense à mes parents ou alors je m'imagine si la situation que je joue m'arrivait réellement. J'aime jouer réellement la tristesse, je n'aime pas la triche, ces acteurs qui se mettent des fausses larmes ça m'énerve...
IB : T'arrives t il de t'inspirer d une actrice lorsque tu joues ?
AB : Non. Etant petite je voulais ressembler à beaucoup de comédiennes mais plus maintenant.
IB : C'est justement un des aspects qui me plait chez toi, c'est que tu ne me rappelles aucune autre actrice. Je trouve qu'il n'y rien de pire pour un acteur que d'être comparé à un autre.
AB : Ca me fait vraiment plaisir ce que tu me dis.  Je trouve cela effectivement horrible quand on définit une actrice comme "la nouvelle Audrey Tautou ou la nouvelle Vanessa Paradis" comme si elles étaient elle même déjà has been ! Je n'aime pas ce système de comparaison.



20/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres