"Le sens de la fête" - cinéma, nouveauté, critiques, actualités, bandes-annonces

Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

"Le sens de la fête"

IMG_4159.JPG

 

 

Depuis l'extraordinaire succès de leur "Intouchable" (19 millions d'entrées !), le tandem Toledano-Nakache est aussi attendu que pouvait l'être un Gérard Oury ou plus actuellement Dany Boon, deux autres auteurs de mégas succès au box-office.

 

Pour leur cuvée 2017, le duo s'attaque à un sujet ultra ressassé ces dernières années par le cinéma français, le mariage foireux. 

 

De ce fait, T and N s'attachent plus à la préparation de la soirée même si une bonne moitié du film se déroule bien pendant les festivités. Et justement, en donnant la vedette à ces gens de l'ombre qui nous font passer une bonne soirée (ou pas), le duo de choc renouvelle quelque peu le genre. Tous les protagonistes attendus pour mettre à bien la fête sont là, le photographe, le Dj, les cuisiniers, hôtesses et hôtes... et bien évidement il n'y en a pas un pour rattraper l'autre.

 

Puisque le mot d'ordre du tandem est de dire à leurs acteurs de rendre ridicules voire pathétiques leurs personnages, autant dire que ceux ci prennent un malin plaisir à en faire des tonnes mais pas trop. 

 

"Le sens de la fête" est du coup un peu la version "organisation de mariage" de "Nos jours heureux". Les deux films se ressemblent tout en se distinguant quand même. T and N multiplient les portraits de femmes et d'hommes qui se demandent très vite ce qu'ils font ici. Fidèles à leurs habitudes, et complètement assumés de leur part, les deux compères ont mélangés stars confirmées (faut rassurer les producteurs) aux étoiles montantes le tout entouré de nouveaux visages.

 

Et l'alchimie entre tous fonctionne à merveille. Les petits nouveaux ne sont nullement impressionnés par les cadors et livrent des prestations impeccables, mention spéciale à Eye Haidara.

 

Les anciens sont quant à eux impeccables et tels qu'on les attend. L'habitué du tandem Nakache/ toledano jubile dans son rôle de photographe tandis que Lellouche excelle en dj le tout sous l'œil averti de Jean-Pierre Bacri qui est ici comme on l'aime : bougon, râleur avec pourtant ces élans de sentimentalisme qui le rendent attachants.

 

Si "Nos jours heureux" reste supérieur, il serait injuste de bouder son plaisir ici et de bon ton d'avoir "Le sens de la fête" en compagnie de ces joyeux lurons.

 



14/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 235 autres membres