Indy Blave, le blog

Indy Blave, le blog

« Nous finirons ensemble »

0FF73019-583D-4B11-91C7-D062175DE5BB.jpeg

 

 

On savait pertinemment que l’on allait les revoir un jour, Guillaume Canet l’avait dit à mi mot dès la sortie des « Petits mouchoirs ». Reste qu’il aura fallu pas loin de 10 ans pour retrouver cette (pas si) joyeuse bande.

 

Et ils nous avaient manqués, nous qui les avions tant aimé la première fois (« Les petits mouchoirs » avait terminé numéro un en 2010 sur ce blog). Le plaisir des retrouvailles est là instantané, émouvant, drôle aussi. La fidélité, le lien au premier opus est d’entrée de jeu établi et « Nous finirons ensemble » se pose rapidement en suite digne héritière.

 

Ils sont tous (ou presque) revenus avec le même enthousiasme d’antan. Ils ont vieilli mais gardent la patate malgré l’aigreur qui les envahit, semble t’il, tous lors d’une séquence de retrouvailles qui annonce la couleur : ce deuxième tome sera plus sombre que le premier même si l’on rit beaucoup et de bon cœur. Mais les pleurs, à l’écran et dans la salle, sont aussi au rendez-vous même si Canet, il l’a dit plusieurs fois, ne veut jamais virer dans le pathos gratuit. Et il y parvient. D’ailleurs, Canet tenait tellement peu à créer la larme facile qu’il en arrive parfois à des choix un tantinet raté comme cette scène curieuse où François Cluzet est en train de confier quelque chose d’ultra sérieux, tendance triste, alors que la nounou défile dehors, de façon répétitive, en mode comique desservant complètement le propos que l’on écoute. Heureusement, ce cas évoqué est quasi l’unique de tout un film dont le point fort est une nouvelle fois l’interprétation.

 

Et de ce côté là rien à dire une nouvelle fois. Canet l’a répété : s’il manquait un seul des principaux protagonistes des « Petits mouchoirs », il n’aurait pas fait le film. Et donc, comme dit plus haut, ils sont tous là et au top : François Cluzet (à nouveau en chef de file), Marion Cotillard, Gilles Lellouche, Laurent Laffitte, Benoît Magimel, Valérie Bonneton, Pascale Arbillot sans oublier des petits nouveaux José Garcia et Clémentine Baert. À nouveau la joyeuse équipe jubile et est heureuse de se donner la réplique. Leur plaisir est évident et ils nous le font partager. 

 

Le scénario est au moins aussi malin que le précédent et en est le digne héritier. Difficile, à la sortie du film, de se dire s’il est meilleur ou pas que « Les petits mouchoirs ». Il y a toujours matière aussi à vouloir titiller sur certains détails qui auront pu gêner comme l’intérêt du personnage de José Garcia lequel disparaît d’ailleurs de l’histoire sans crier garde comme si Canet ne savait pas quoi en faire. Il y a aussi quelques personnages secondaires que l’on aurait aimé revoir et dont la « disparition » n’est d’ailleurs guère expliquée. Ce sont là que quelques détails qui n’iront pas entacher le plaisir d’ensemble procuré. On rit, on pleure, on prend un vrai pied à les revoir tous et c’est bien là le principal. 

 



04/05/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 261 autres membres